ALLONNES In der städtischen Kantine

À la cantine municipale
Chaque midi, je déjeune à la cantine des enseignants et des employés municipaux, à l'invitation de la ville d'Allonnes. Les entrées sont tenues prêtes, le plat principal est servi à l'assiette, on se sert des fruits, du fromage et du dessert. C'est ici que viennent ceux qui ne déjeunent pas chez eux. Où vas-tu manger ? As-tu déjà mangé ? Le repas de midi n’est jamais laissé tomber, et le mien aussi est pris en charge.

Je visite la cuisine, dans laquelle environ 1000 repas sont préparés pour les crèches, les écoles et justement la cantine chaque jour. Normalement, les repas sont cuisinés un ou deux jours en avance, sauf la soupe aux légumes, qui est préparée le jour même de sa consommation. Tout le reste doit être gardé au frais et pouvoir être réchauffé sur place.

Le porc et le bœuf viennent de la région Sarthe, c’est là, où nous sommes. Le poisson vient de la Bretagne et les légumes de saison comme les pommes de terre de la Sarthe. Dans toute la France, la loi stipule, que 50% des produits utilisés dans des cuisines ouvertes doivent provenir de la région concernée et témoigner de qualité aussi bien que de production durable. Le gouvernement de la ville souhaite que la nourriture servie soit de bonne qualité et issue de la production paysanne, et c'est aussi la conviction de Julien Gautier, chef de la cuisine.

Les repas scolaires coûtent entre 50 centimes et 3 euros, en fonction du salaire des parents. Dans la production, chaque repas coûte 11,36 euros, dont 1,86 euros pour les ingrédients, le reste pour le personnel, l’électricité et ainsi de suite. J’essaie de trouver un chiffre comparable pour les villes allemandes. Apparemment, un repas scolaire à Berlin coûte 3,25 euros dans la production.